Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale du Plateau Unité Pastorale du Plateau L’église catholique en Seine-Saint-Denis Unité Pastorale du Plateau
Actions sur le document
  • Imprimer

Edito

Edito en lien avec les feuilles paroissiales

N° 4  du 30/09  au 14/10 2018 - 26ème et 27ème Dimanche du temps ordinaire année B

Parce que je le vaux bien !

Ce mois de septembre a été marqué par de nombreux scandales qui ont entaché l’image de l’Eglise. Face à toutes ces révélations scandaleuses, une question émerge dans mon esprit troublé : quand est-ce que cela va se terminer ?

L’Evangile de ce dimanche vient répondre à notre question. En effet, Jésus nous propose une radicalité face au péché dans notre vie : aucune compromission, aucun arrangement à l’amiable, aucune tolérance : voilà son programme. Pourquoi une telle exigence ? Parce que la sainteté de l’Eglise l’exige. Voilà qui est bien provocant de parler de la sainteté de l’Eglise alors que les scandales ne cessent d’apparaitre. Devons-nous désespérer ? Non, parce que cette sainteté ne dépend pas de notre perfection mais de l’amour infini de Dieu, Lui qui est source de toute sainteté. Depuis deux mille ans, l’Eglise traverse des crises de toutes sortes, que ce soit au niveau de la foi ou des mœurs. Quelle fut la réponse du Christ à travers l’histoire ? Nous envoyer des saints.

Si vous aussi, comme moi, vous en avez ras-le-bol qu’on ne parle de l’Eglise que pour la dénigrer et la condamner, c’est que l’heure est venue pour nous de remonter nos manches et de nous mettre à l’œuvre de notre sainteté. L’Eglise manque de saints aujourd’hui ? A nous de le devenir ! A nous d’être des témoins rayonnants de l’Amour du Seigneur, non pas seulement par nos paroles mais par des actes concrets. A nous d’entrer vaillamment dans ce combat contre notre propre péché par la prière et les sacrements. N’allons pas nous cacher derrière nos fragilités que nous pourrions brandir comme excuse pour ne pas être saint. Si le Christ n’avait pas voulu que vous soyez saints, Il ne vous aurait pas donné la vie … car Il vous appelle au bonheur véritable et ce bonheur est indissociable de la sainteté. Si le Christ ne voulait pas que je sois saint, je rejetterais un tel Dieu, qui n’attend rien de moi, qui m’enferme dans mes incapacités d’aimer. Mais parce que Jésus m’aime, Il veut le meilleur pour moi, Il attend de moi le meilleur de moi-même.

Alors, avec la grâce de Dieu qui jamais ne nous manquera, devenons les saints dont le monde a tant besoin.

Père David KRUPA (Vicaire)

 

Sur le même sujet
Feuilles paroissiales