Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale du Plateau Unité Pastorale du Plateau L’église catholique en Seine-Saint-Denis Unité Pastorale du Plateau
Actions sur le document
  • Imprimer

Edito

Edito en lien avec les feuilles paroissiales

N° 23 du 24 mars au 7 avril 2019.  3ème,4ème et 5ème dimanche de carême  année C

Guérir de nos maux

En ce temps de carême, je vous propose de trouver quelques idées d’efforts de conversion en reprenant le célèbre discours des vœux du Pape François sur les maladies spirituelles. Son langage très concret nous aide à ne pas rester dans une vague idée des efforts que nous pourrions faire un jour, mais à prendre concrètement un engagement pour nous rapprocher de Dieu.

Se croire immortel et  indispensable. Cela vient du narcissisme de celui qui regarde sa propre image avec passion et ne sait plus voir l’image de Dieu imprimée sur le visage des autres, en particulier des plus faibles et des plus nécessiteux

L’activité excessive ; c’est la maladie de ceux qui se noient dans le travail et qui négligent inévitablement « la meilleure part » : s’asseoir aux pieds de Jésus

La « pétrification mentale et spirituelle ». Qu’il est dangereux de perdre la sensibilité humaine qui nous permet de pleurer avec ceux qui pleurent et de nous réjouir avec ceux qui se réjouissent !

La mauvaise coordination ; cela arrive quand les membres de l’Eglise ne collaborent plus ensemble et ne vivent pas dans un esprit de communion et d’équipe

L'« Alzheimer spirituel » ; Nous voyons une telle chose chez ceux qui ont perdu la mémoire de leur rencontre avec le Seigneur

La maladie de la rivalité et de la vanité (c’est assez clair !)

La schizophrénie existentielle. C’est la maladie de ceux qui mènent une double vie, fruit de l’hypocrisie typique du médiocre et du vide spirituel

La rumeur, la médisance et le commérage. C’est la maladie des personnes lâches qui, n’ayant pas le courage de parler en face des gens, parlent dans leur dos

La maladie de diviniser les chefs ; C’est la maladie de ceux qui courtisent leurs supérieurs, en espérant gagner ainsi leur bienveillance.

Le « visage lugubre » ; Un cœur empli de Dieu est un cœur heureux qui irradie et communique sa joie à tous ceux qui l’entourent : cela se voit tout de suite !

La maladie du profit mondain, du besoin de se mettre en avant. Cette maladie arrive quand l’apôtre transforme son service en pouvoir, et son pouvoir en marchandise pour obtenir des profits mondains, ou davantage de pouvoirs.

Méditons et apprenons à mettre des mots sur nos maux pour nous préparer au sacrement de la Réconciliation (vendredi 29 mars à ND de Lourdes par exemple). 

P Alexandre +