Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale du Plateau Unité Pastorale du Plateau L’église catholique en Seine-Saint-Denis Unité Pastorale du Plateau
Actions sur le document
  • Imprimer

Nos vies sont déjà données !...

Témoignages, méditation, prière et messe, autour de la mémoire des 19 religieuses, religieux et prêtres d'Algérie béatifiés le 8 décembre 2018 à Oran. Cérémonie à l'église Sainte-Thérèse de Tremblay en France

En présence de prêtres,  diacres et laïcs soirée de mémoire en l'église Saint-Thérèse de Tremblay en France avec en particulier la sœur de sœur Bibiane et le frère de sœur Paul-Hélène, le père André SAINT RAYMOND

"NOS VIES SONT DÉJÀ DONNÉES"

Il est fait Mémoire de chacun des 19 béatifiés

  • Frère Henri Vergès, assassiné le 8 Mai 1994 à Alger
  • Sœur Paul-Hélène Saint Raymond, assassinée le 8 Mai 1994 à Alger
  • Sœur Esther Paniagua Alonso, assassinée le 23 Octobre 1994 à Bab El Oued
  • Sœur Caridad Alvarez Martin, assassinée le 23 Octobre 1994 à Bab El Oued
  • Père Jean Chevillard, assassiné à Tizi Ouzou le 27 Décembre 1994
  • Père Alain Dieulangard, assassiné à Tizi Ouzou le 27 Décembre 1994
  • Père Charles Deckers, assassiné à Tizi Ouzou le 27 Décembre 1994
  • Père Christian Chessel, assassiné à Tizi Ouzou le 27 Décembre 1994
  • Sœur Bibiane Leclercq, assassinée le 3 Septembre 1995 à Alger
  • Sœur Angèle-Marie Littlejohn, assassinée le 3 Septembre 1995 à Alger
  • Sœur Odette Prevost, assassinée le 10 Novembre 1995 à Alger
  • Frère Christian de Chergé, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Christophe Lebreton, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Luc Dochier, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Michel Fleury, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Bruno Lemarchand, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Célestin Ringeard, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Frère Paul Favre-Miville, enlevé dans la nuit du 26 Mars 1996
  • Monseigneur Pierre Claverie, assassiné le 1er août 1996 à Oran

Des veilleuses sont déposées devant chaque portrait de béatifié après évocation de leur vie.

Lecture du texte de Mohammed Bouchikhi, assassiné en même temps que son ami Monseigneur Pierre Claverie : leurs sangs sont désormais mêlés.

AU NOM DE DIEU, LE CLÉMENT, LE MISÉRICORDIEUX

Avant de lever mon stylo, je vous dis « La Paix soit avec vous ». Je remercie celui qui va lire mon carnet de souvenirs, et je dis à chacun de ceux que j'ai connus dans ma vie que je les remercie. Je dis qu'ils seront récompensés par Dieu au dernier jour. Adieu à celui qui me pardonnera au jour du jugement; et celui à qui j'aurai fait du mal, qu'il me pardonne. Pardon à celui qui aurait entendu de ma bouche : une parole méchante, et je demande à tous mes amis de me pardonner en raison de ma jeunesse. Mais, en ce jour où je vous écris, je me souviens de ce que j'ai fait de bien dans ma vie. Que Dieu, dans sa toute-puissance, fasse que je Lui sois soumis et qu'Il m'accorde sa tendresse. »

Mohamed Bouchikhi

Evocation de Sœur Bibiane

Sœur Bibiane Leclercq ne sait pas qu'elle est la prochaine sur la liste, mais elle redit sa confiance au lendemain de la célébration pour les pères blancs à Notre-Dame-d'Afrique: « 11 y avait quelque chose que je ne sais pas exprimer, une union de prières telle que malgré la peine, la douleur, on était en paix. C'est sûr, le Seigneur donne des grâces... Crois-moi, écrit-elle á sa sœur aînée, nous n'avons pas peur, nous faisons confiance au Seigneur et á Notre-Dame-d'Afrique et les prières de tous nous soutiennent. »

JE N'AI PAS PEUR

Je suis persuadée que notre présence ici, dans ce quartier, a toujours été très importante. Elle est une réponse â l'attente de notre entourage puisque ce sont les gens du quartier qui ont demandé des sœurs. Actuellement ils demandent que nous restions ici au milieu d'eux... je me sens impuissante devant tant de souffrance, mais je sais que Dieu aime ce peuple et j'ai une très grande confiance en Notre-Dame-d'Afrique. Le Christ a dit. « Le Père vous donnera tout que vous demanderez en mon nom », et je sais que même si, parfois, Il semble absent, Il est là avec nous, avec moi, je n'ai pas peur. Dans sa lumière il m'aide á découvrir des merveilles qui se cachent, des solidarités étonnantes, des générosités, des courages surhumains, l'Esprit est là à l'œuvre dans le cœur de chacun et chacune. Je choisis de rester pour répondre à la confiance qui nous est manifestée par tous et toutes et pour être une lueur d'espérance dans cette terre d'Algérie.

Evocation de Sœur Paul-Hélène

« Sa vie était donnée, livrée, à tous ces petits et ces pauvres qu'elle a passionnément aimés, accueillis, et de qui elle disait recevoir beaucoup, dira une de ses sœurs. Sa façon d'annoncer Jésus Christ, dans la société musulmane était, pour elle, respect de la croyance de l'autre, approfondissement personnel de sa foi chrétienne, exigence de vie selon l'Évangile... » Simplement vivre au quotidien, sans jouer les héroïnes. Comme beaucoup, durant ces années noires, elle changeait d'itinéraire, modifiait ses horaires, risquant à tout moment d'être agressée lors de ses déplacements. Mais son caractère bien trempé ne supportait pas l'idée de quitter les amis de toute une vie qui étaient, comme elle, exposés à la violence : « Dans les villes, assassinats, rackets, sabotages se multiplient et frappent n'importe où, n'importe quand, n'importe qui, y compris femmes, vieillards, adolescents, parfois enfants, confie-t-elle dans un courrier du 8 mars 1994, deux mois avant sa mort. Qui sont ceux qui tirent les ficelles, qui ont intérêt à maintenir et intensifier le chaos ? »

A Mgr Henri Teissier qui enjoignait les communautés à réfléchir à la menace, elle répliqua : « Père, de toutes façons, nos vies sont déjà données. »

Une pensée pour les 200 000 morts algériens de la Décennie noire, dont 114 imams.

La cérémonie se poursuit par l'Eucharistie présidée par le père André SAINT RAYMOND