Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale du Haut-Plateau Unité Pastorale du Haut-Plateau L’église catholique en Seine-Saint-Denis Unité Pastorale du Haut-Plateau
Actions sur le document
  • Imprimer

Ministère estival - 2015

Souvenirs de ministères estival des mois de Juillet et Août 2015

Père Jacques KONGATUA

Le ministère estival : moment de rencontre et de partage

Les mois de Juillet et Aout sont les mois de vacances et de repos. Ces vacances,  chacun les vit à sa manière et selon ses moyens. Pour les prêtres étudiants étrangers, c’est le moment de découverte d’autres réalités pastorales par rapport à leurs paroisses d’insertion.

C’est dans cette optique que j’avais choisi une des paroisses périphériques et c’est le secteur du Haut Plateau qui me fut proposé  comme le lieu d’exercice de mon ministère d’été. Pour ce faire, en accord avec le curé de ma paroisse d’insertion, le mois de Juillet m’a été accordé pour ce ministère.

Arrivé sur le secteur pastoral du haut plateau de Montfermeil début Juillet 2015,  j’ai rencontré  le Père Hubert Louvet qui a la lourde responsabilité d’animer le secteur du haut plateau. Cette rencontre ne durera que quelques jours avant son départ pour les vacances. Je passerai ce mois de Juillet avec le Père Laurent Guizard qui a su gérer ce moment avec beaucoup de dynamisme. Hormis ses occupations pastorales, il faisait de son mieux pour faire marcher la vie communautaire comme d’habitude. Durant ce mois de Juillet, les Pères Alexandre et Daniel retournés pour deux ou trois jours sur la paroisse  ont contribué à la joie de la vie communautaire. C’était fraternel…

Ce fut aussi un moment de rencontre avec les paroissiens du secteur qui participaient à des différentes messes sur le secteur. Les paroissiens  en commençant par les bénévoles qui animent les activités liturgiques se rendaient utiles chacun à sa manière. Il y avait toujours un volontaire prêt pour ramener avec sa voiture dans un autre lieu de culte et ce que j’ai retenu de cette attitude, c’est l’expression de la charité non seulement envers le prêtre que je suis, mais envers toute la communauté paroissiale, pour que les messes dans d’autres lieux débutent toujours à l’heure prévue.

Un moment de partage ? Oui, je l’ai vécu à travers le repas partagé chaque dimanche après la messe de 11h 15’ à Saint Pierre et Saint Paul dans le jardin du presbytère où chacun des convives se faisait toujours remarqué par la spécialité du plat  qui variait d’un dimanche à un autre. Repas partagé avec joie avec des petites discussions et des blagues qui témoignent la vitalité d’une communauté qui use par tous les moyens pour être plus proches des personnes isolées. Cet esprit de solidarité fera que ceux qui fréquentent la paroisse deviennent des amis.

 Ce partage, je l’ai vécu aussi avec d’autres familles qui ont particulièrement choisi de vivre avec moi en invitant à leurs repas de familles. N’est-ce pas l’actualisation de la sagesse de Saint Paul lorsqu’il affirme : « N’ayez de dette envers personne, sauf celle de l’amour mutuel, car celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi ». Rm 13, 8.

Père Jacques KONGATUA

Paroisse Sainte Geneviève - 4, Rue du cardinal Verdier 92600 - Asnières- sur- Seine.

Père Olivier ADANDJAI

J'étais épouvanté de quitter le Benin. Dès l'arrivée je me suis senti comme chez moi... !

Le P. Olivier Adandjaï débarque en France début août pour une "pastorale estivale".  
Il est immédiatement immergé dans l'activité presbytérale (messes, obsèques… ).
Il ne cache pas son étonnement des différences culturelles et de pratique religieuse, et surtout, sa joie des rencontres et de l'amitié…

« Quelle joie quand on m’a dit : Nous irons à la maison du Seigneur ! » Ps 121, 1

J’ai été très heureux d’écouter certains s’exprimer d’une manière déterminée de la vie nouvelle reçue au cours du baptême. Cela montre positivement la justification de notre être dans la sanctification et la rénovation de l’homme intérieur qui passe par la rémission des péchés aussi bien originel, personnel, véniel que mortel. Tous ceux que j’ai reçus viennent de familles croyantes car le baptême est un don de Dieu : vie nouvelle reçue de Dieu.

Je n’ai pas vécu beaucoup de demandes de mariage sinon que des rencontres pour les préparatifs de la célébration. J’ai pu participer à une célébration et quelle belle célébration ! Dieu les a unis et Don Alexandre les a bénis !
J’ai eu aussi du plaisir à célébrer l’Eucharistie dans les différents lieux du secteur. Dire la messe aussi bien les jours ordinaires que les dimanches avec les fidèles du Christ en France était une grâce pour moi. Je me sentais chez moi au Bénin. La joie de la célébration, l’enthousiasme dans le cœur des fidèles, leur écoute attentive et leur participation active et effective rendaient les célébrations belles, priantes et sanctifiantes.

Quant aux obsèques ? C’est le mystère pascal du Christ que l’Église célèbre, avec foi, dans les funérailles de ses enfants car ils sont devenus par leur baptême membres du Christ mort et ressuscité. Ainsi donc, on prie pour qu’ils passent avec le Christ de la mort à la vie, qu’ils soient purifiés dans leur âme et rejoignent au ciel tous les saints, dans l’attente de la résurrection des morts avec la bienheureuse espérance de l’avènement du Christ. Le départ vers le Père est si lourd que certains pleurent lors des préparatifs. Il m’arrive parfois de verser des larmes tout simplement parce que je ne pouvais plus retenir ces larmes à cause de leur peine. Les propos des proches m’édifient sincèrement au travers du choix des chants et des textes de la cérémonie. Au cours des cérémonies, croyants ou non croyants, tous ceux qui y participent sont souvent sensibles à ceux-ci. Que tous ceux-là pour qui j’ai prié et confié leur âme au Dieu Miséricordieux obtiennent la félicité éternelle.
Je m’en voudrais si aucun mot ne jaillit de mes lèvres pour chanter la Gloire de Dieu et faire l’éloge des hommes. HOMMES, vous l’êtes tous les quatre.

 A la patiente pédagogie de vos enseignements, révérends Pères, vous avez eu tôt fait de faire voler en éclats l’épouvante de ce que représentaient pour moi ces vacances estivales pour la première fois en France. Très vite votre chaleur paternelle et contagieuse a dissipé l’ombre de l’écart différentiel qui sous-tend bien souvent les rapports Blancs et Noirs. Seuls les semeurs d’avenirs savent inventer des harmoniques enchanteurs entre la rigueur du travail et la joie de vivre. J’ai appris et reçu beaucoup de vous.

Ce que j’expérimente déjà. Au fronton de mes mémoires j’ai gravé, ce que jamais, même les rayons de la bibliothèque d’Alexandrie, dans leur immensité, seraient impuissants à m’offrir. Vous êtes tous « adorables. ». Que mon bouquet de filiale gratitude et de sincère reconnaissance achève de vous dire non seulement tout le bien que je pense de vous mais aussi tous mes meilleurs vœux dans l’exercice de vos ministères respectifs.
Mes remerciements vont aussi à celles et ceux avec qui j’ai travaillé durant toute cette période ainsi qu’à tous ceux avec qui le repas a été partagé et aussi ceux qui m’ont fait découvrir le secteur et Paris. Daigne le Seigneur les garder toujours unis à leurs pasteurs afin qu’ils cheminent tous ensemble vers le seul et unique bien de notre espérance : la vie éternelle!

Le Père Olivier  ADANDJAÏ  -  Ecrire ...