Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale du Plateau Unité Pastorale du Plateau L’église catholique en Seine-Saint-Denis Unité Pastorale du Plateau
Actions sur le document
  • Imprimer

Pèlerinage - Laon - Liesse

La sortie des 7 clochers du jour de l'Ascension

Le jeudi 10 mai 2018, jour de l’ASCENSION, nos pas (ou plus exactement nos cars et même un vélo. 170 personnes …) nous ont conduit dans l’Aisne : le matin, visite de la cathédrale Notre-Dame de LAON, court trajet vers Notre-Dame de LIESSE, nous sommes accueillis par la père Sébastien d’Haussy, recteur de la basilique. Déjeuner avec ce que nous avons apporté… puis l’après-midi visite guidée de ce lieu de pèlerinage marial, où une Vierge Noire présentant l’Enfant Jésus, les bras ouverts sur le monde, est vénérée, entre autres pour les nombreux miracles qu’elle a suscités. Après temps de partage pour les adultes sur la joie de l’Evangile et de détente pour les plus jeunes, la messe de l’Ascension clôture cette belle journée avant le retour à Montfermeil.

La basilique Notre-Dame de Laon

La cathédrale de Laon est un édifice majeur dans l’histoire de l’architecture car c’est l’une des plus anciennes cathédrales gothiques. Construite entre 1155 et 1235 sur décision de l’évêque Gaulthier de Mortagne, elle est antérieure à Notre-Dame de Paris. Il faut dire que la concurrence était très forte à cette époque entre les différents centres religieux. Laon était à ce titre très réputé et très riche, on venait y étudier de partout en Europe. Les trois portails de la façade Est de la cathédrale sont remarquables par la finesse des sculptures et l’on notera aussi d’étonnantes gargouilles représentant des animaux pour le moins exotiques puisqu’on identifie sans mal la tête d’un hippopotame et celle d’un rhinocéros ! On accède au sommet des tours en gravissant les 210 marches d’un escalier en colimaçon de plus en plus étroit, mais la récompense en vaut la peine car la vue sur le plateau laonnois et la campagne environnante est saisissante.

Fort comme un bœuf

Villard de Honnecourt affirmait haut et fort que les cinq tours de la cathédrale de Laon étaient sans conteste « les plus belles du monde ». De quoi faire mugir de contentement les seize bœufs sculptés dans la pierre qui s’y trouvent juchés à 56 mètres de hauteur. « On raconte qu’un jour un attelage qui transportait des matériaux pour la construction de la cathédrale s’écroula de fatigue et qu’alors un bœuf blanc descendit miraculeusement du ciel pour terminer le travail » explique Michel Seillier qui fait visiter la ville en tant que « greeter ». «  En fait ces bœufs sur les tours sont sans doute un simple hommage aux bêtes qui ont amené les pierres jusqu’au chantier.  »

La basilique Notre-Dame de Liesse

L'église fut construite en 1134 par les Chevaliers d'Eppes puis rebâtie en 1384 et enfin agrandie en 1480. On venait en pèlerinage honorer la Vierge noire, en référence à la Soudanaise Isméria, fille du sultan du Caire El-Afdhal, qui après avoir sauvé la vie à des chevaliers français au temps des Croisades, se convertit au christianisme et épousa Robert d'Eppes, fils de Guillaume II de France. Jeanne d'Arc, Louis XI et François Ier viendront en pèlerinage au sanctuaire. Le lieu a aussi été un sanctuaire à répit au Moyen Âge. Louis XIII et Anne d'Autriche ont fait le pèlerinage à plusieurs reprises pour demander à la Vierge la naissance d'un héritier, Louis-Dieudonné, le futur Louis XIV.

Merci aux organisateurs pour cette belle journée, de voyage, de visites, de paratges et de prières : Père Hubert, Anne-Sophie Delcroix, Jean-Pierre Duneufjardin sans oublier nos deux jeunes prêtres, père Alexandre et père David.

Retrouvez l’histoire complète des Chevaliers d’Eppes dans le document ci-dessous :

 Télécharger, consulter ou imprimer le document …

 Des photos …

Une vidéo ...